Job & moi

Job et Moi

Les actions « Jobs à l’appel » et « Jobs et moi » menées respectivement dans l’Ouest  et l’Est de la province du Brabant wallon atteignent largement, en qualité, les objectifs que nos services leur ont assignés, pour la sixième année consécutive  pour l’AMO Plan J (Tubize), pour la deuxième pour l’AMO de Jodoigne.

Les actions « Jobs à l’appel » et « Jobs et moi » ont fait leurs preuves pour ce qui est de procurer, par défraiement, un petit pécule à  des jeunes. Mais pour nous, services socio-éducatifs,  c’est d’abord en termes de valorisation individuelle que leurs impacts s’apprécient : à travers l’augmentation sensible de l’estime de soi des « jobistes » et la transformation radicalement positive de leur image aux yeux des adultes avec lesquels ils ont collaboré à ces occasions, en ce compris à ceux de leur entourage proche ; par ailleurs, elles constituent bien souvent pour ces jeunes une initiation concrète et réaliste au monde et rythmes du travail.

C’est l’intérêt et l’originalité de cette démarche vis-à-vis de jeunes qui amena la Direction générale de l’Aide à la Jeunesse à sélectionner et financer spécifiquement « Jobs à l’appel » en tant que « projet expérimental » en 2012 et 2013. Ce sont ces mêmes motifs qui suscitèrent l’intégration de cette action parmi les douze initiatives retenues en Communauté française dans le cadre de l’élaboration du « Plan Jeunesse. Groupe de Travail 6 : animation territoriale du travail jeunesse ».

Ces sélections ont aussi été l’occasion de diverses évaluations et d’analyses rigoureuses et détaillées, mises en œuvre en étroite collaboration avec des chercheurs universitaires rodés à ces approches, qui nous ont  permis de valider, en la peaufinant, notre démarche.

Aujourd’hui, les actions « Jobs à l’appel » et « Jobs et moi » sont toutes deux saturées en demandes de participation de jeunes, sans pour autant satisfaire à l’ensemble des demandes qu’elles reçoivent, loin s’en faut. Cette limite à pouvoir répondre à celles-ci constitue déjà un facteur de polémique auprès de certains (« Pourquoi elle ou lui plutôt que moi ? ») qui, à partir des difficultés individuelles qu’ils vivent, veulent voir en nos services des instruments de discrimination et de nouvelle mise à l’écart de leur personne.             

 Genèse, logique et objectifs des actions « Jobs à l’appel » et « Jobs et moi ».

 A l’approche de l’été 2010, les travailleurs sociaux du service AMO Plan J de Tubize durent répondre à un constat : des jeunes de l’Ouest du Brabant wallon (OBW) souhaitaient trouver un travail étudiant en juillet et août, mais, pour différentes raisons, n’en trouvaient pas. Ce problème les mettaient en difficulté ou accentuaient des difficultés qu’ils vivaient déjà.

Ils appréhendaient fort la perspective de passer l’été, livrés à eux-mêmes, en déshérence pendant de nombreuses semaines, sans ou avec très peu de moyens financiers … Sur le plan social, bien sûr, mais aussi à un niveau individuel où cette situation était vécue comme un rejet doublé d’une nette dévalorisation.

C’est sur cette base que « Jobs à l’appel » (JAA) fut mise sur pieds : identifier et regrouper ces jeunes, leur proposer de se constituer en collectif pour prospecter et collecter , auprès des entreprises mais aussi des particuliers, tous les jobs qui seraient à prester durant les deux mois d’été, et à être défrayés à raison de 7,5 € de l’heure à l’époque.

Depuis lors, JAA a été reconduit d’année en année en acquérant une notoriété grandissante auprès de jeunes mais aussi des adultes de l’OBW qui les perçoivent avec un tout autre regard que par le passé.

Fort de cette expérience, Plan J a souhaité proposer la mise en œuvre de cette action, adaptée à son territoire d’intervention, à d’autres services sans nécessairement se cantonner au seul secteur de l’AAJ.

Depuis l’été 2015, le processus est amorcé : le service AMO de Jodoigne se l’est appropriée en créant « Jobs & Moi », version de JAA répondant aux spécificités de l’Est du Brabant wallon (EBW).

Mais tout indique que de nombreuses structures encadrant des jeunes répondraient efficacement à une demande potentielle de ceux-ci en faisant de même. Nous souhaitons continuer à nous y employer.

Cela étant, le succès de ces actions augmente leur coût et, paradoxalement, pourrait compromettre leurs continuations et extensions.

 Job étudiant :

Nous constatons donc que les jeunes éprouvent de plus en plus de difficultés à trouver un job étudiant dû, entre autres, au manque d’offres  par rapport à la demande.

Vu ce constat croissant, il nous semble impérieux d’y pallier, autant que faire se peut,  à l’aide de cette action.

Mais pas seulement…

 Economie et isolement :

Suite à la situation sociale et économique persistante, beaucoup de personnes éprouvent des difficultés financières et ne savent plus accorder leur budget à des petits travaux de tous les jours.

De plus, suite à nos différents partenariats avec certains CPAS et d’autres intervenants sociaux, nous constatons que bons nombres de personnes fragilisées se retrouvent isolées et démunies par rapport à la réalisation de certaines tâches.

Objectifs généraux

– Permettre aux jeunes de se faire un peu d’argent tout en exerçant sa citoyenneté de façon active et dynamique ;

– Offrir à des jeunes la possibilité de gérer une partie de leur temps estival libre de manière constructive ;

– Offrir à ces jeunes un plus pour leur avenir en améliorant leur statut socio-professionnel ainsi que leur statut personnel, ce qui contribue à renforcer leur estime de soi ;

– Permettre le brassage des publics et favoriser la lutte contre la pauvreté et l’isolement de manière intergénérationnelle ;

– Modifier positivement leur image auprès de leurs pairs mais aussi de tout leur environnement (familles, adultes, …) ;

– Valoriser ou revaloriser des jeunes à partir d’une activité professionnelle avec des adultes ;

Changements espérés

Amener les jeunes à se sentir considérés et valorisés ;

Lutter contre l’isolement ;

Lutter contre l’exclusion sociale et économique ;

Favoriser les relations intergénérationnelles;

Promouvoir des activités constructives ;

Valoriser l’image positive que les adultes peuvent avoir de la jeunesse ;

Former les jeunes au monde du travail de façon à éviter l’assistanat.

 Public cible

Les jeunes, filles et garçons, de 15 à 18 ans.